Une vue aérienne de la concession de la Balima à Kisangani

Les habitants de la commune de Tshopo à Kisangani accusent la société brassicole Bralima d’incinérer des déchets toxiques sur le site de son ancienne usine. Ce qui polluerait l’air dans cette partie de la ville.

Un habitant du quartier qui a requis l’anonymat a déclaré vendredi 15 janvier à Radio Okapi que c’est depuis dix jours que la Bralima procède à des incinérations des déchets dans son ancienne usine. Des déchets qui proviendraient de l’actuelle usine de l’entreprise à Kisangani.

Ces incinérations ont lieu pendant la journée et la soirée.

« La fumée qui se dégage de cette incinération est en train de nous envahir dans la maison, donc de polluer l’air et l’environnement. Lorsque nous sommes à l’extérieur, l’air que nous respirons est pollué par cette fumée qui provient de l’incinération de ces déchets toxiques », déplore un autre habitant qui exige l’arrêt immédiat de cette pratique. 

De son côté, la Bralima nie incinérer des déchets toxiques sur le site de son ancienne usine. Les responsables locaux de l’entreprise affirment cependant détenir des documents attestant que ce site est une décharge de la Bralima.

Le conseiller du commissaire spécial de la Tshopo en charge de l’Environnement a promis une enquête.   

Avec Radio Okapi

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2020 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom