L’Indice sur l’Etat de Droit du WJP 2020 pointe une tendance négative soutenue en direction d’un état de droit plus faible à travers le monde. La République démocratique du Congo est classée 31e sur 31 pays pour la région Afrique subsaharienne.

Le World Justice Project (WJP) a publié, ce mercredi 11 mars 2020 à Washington DC, l’Indice sur l’État de Droit du WJP 2020, un rapport annuel basé sur plus de 130,000 sondages auprès de ménage et 4000 sondages auprès d’experts à travers le monde.

L’Indice sur l’État de Droit du WJP mesure la performance en termes d’état de droit de 128 pays et juridictions, repartie entre huit facteurs : « Contraintes aux Pouvoirs du Gouvernement ; Absence de Corruption ; Gouvernement Ouvert ; Droits Fondamentaux ; Ordre et Sécurité ; Application des Règlements ; Justice Civile et Justice Criminelle ».

Selon ce rapport, le score total de la République démocratique du Congo (RDC) a augmenté de 2.6% dans l’Indice de cette année. A la 126ème place sur 128 pays et juridictions à travers le monde, la RDC reste à la même position au classement mondial. Ce score place le pays à la « 31ème sur 31 pays dans la région Afrique subsaharienne et 19ème sur 19 parmi les pays à revenu faible », indique le rapport.

Toutefois, note le World Justice Project, « les tendances significatives pour la RDC incluent une amélioration pour le facteur mesurant les Contraintes aux Pouvoirs du Gouvernement et le facteur mesurant les Droits Fondamentaux ».

En outre, le Danemark, la Norvège et la Finlande sont au sommet du classement de l’Indice sur l’Etat de Droit du WJP en 2020. Le Venezuela, RB ; le Cambodge et la République démocratique du Congo ont obtenu les scores les plus faibles, de la même manière qu’en 2019.

Le World Justice Project 2020, constate que, « plus de pays ont reculé au lieu de s’améliorer en termes de leur performance sur l’état de droit pour la troisième année consécutive ». « La plupart des pays ayant enregistré un recul en termes d’état de droit dans l’Indice 2020 avaient aussi enregistré un recul l’année précédente, indiquant une tendance à la baisse persistante. Cela s’est vu particulièrement pour le facteur mesurant les Contraintes aux Pouvoirs du Gouvernement », souligne le rapport.

126ème sur 128 pays, un score humiliant pour la RDC

Ces baisses sont généralisées, et se reflètent aux quatre coins du monde. Dans chaque région, une majorité de pays a enregistré un recul ou aucun changement dans leur performance globale en termes d’état de droit depuis l’Indice sur l’Etat de Droit du WJP 2019. Au niveau régional, le pays le plus performant pour Afrique subsaharienne est la Namibie (35ème sur 128 pays), suivi du Rwanda et du Maurice. Les trois pays avec les scores les plus bas pour la région sont la Mauritanie, le Cameroun, et la RD Congo (126ème parmi 128 pays).

D’après le rapport, les pays ayant enregistré la plus grande marge de progression en termes d’état de droit sont : l’Ethiopie (5.6% en terme de score, induit principalement par des gains en terme de Contraintes aux Pouvoirs du Gouvernement et Droits Fondamentaux) et la Malaisie (5.1%, induit principalement par des gains en terme de Contraintes aux Pouvoirs du Gouvernement, droits fondamentaux et application des règlements). Par contre, la tendance la plus négative a été recensée au Cameroun (-4.4%, induit principalement par des scores à la baisse en termes d’Ordre et Sécurité et droits fondamentaux) et en Iran (-4.2%, induit principalement par des scores à la baisse en termes de Justice Criminelle).

Par ailleurs, les pays ayant enregistré les plus forts pourcentages de baisse annuels cours des cinq dernières années, ont été l’Egypte (-4.6%); le Venezuela, RB (-3.9%); le Cambodge (-3.0%); les Philippines (-2.5%); le Cameroun (-2.4%); la Hongrie (-2.1%) et la Bosnie et Herzégovine (-2.1%). La baisse la plus significative en terme de score au cours des cinq dernières années a été le score de l’Egypte et de la Pologne en termes de Contraintes aux Pouvoirs du Gouvernement, avec en moyenne une baisse annuelle de -8.5% et -6.8%, respectivement.

« L’état de droit n’est pas qu’une question de juges et d’avocats », selon William H. Neukom, Fondateur et PDG du WJP. « C’est la pierre angulaire de communautés de paix, d’équité et d’opportunité. Nous sommes tous partis prenants de l’état de droit et par conséquent nous avons tous un rôle à jouer dans sa préservation. L’Indice 2020 démontre que nous avons du pain sur la planche », a-t-il déclaré.

Le World Justice Project (WJP) est une organisation indépendante et pluridisciplinaire impliquée dans le développement de l’état de droit dans le monde entier. Une application efficace de l’état de droit permet de limiter la corruption, de combattre la pauvreté et la maladie et protège les populations des injustices, qu’elles soient à petite ou grande échelle. Il sert de fondation aux communautés de paix, d’opportunité et d’égalité, en catalysant le développement, l’établissement d’un gouvernement responsable et le respect des droits fondamentaux.

 

Le potentiel

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Les plus lus

Taux de croissance

5979 vues
Les prévisions de croissance économique 2015 de la RDC ont été revues à la baisse: 8,4% contre 10,...

Economie

5735 vues
Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange a rendu publique, le 31 décembre 2015, la l...
Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2020 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom