Deo Rugwiza Magera vient d’être maintenu dans ses fonctions de directeur général des douanes et accises de la République démocratique du Congo (RDC) suite à une ordonnance présidentielle prise dernièrement par le chef de l’Etat Joseph Kabila. Tous ceux qui suivent de près la situation économique et financière de la RDC n’ont pas été surpris par la reconduction de ce manager qui a fait de la Direction générale des douanes et accises (DGDA) la première régie financière du pays.

C’est le mardi 9 août 2005 que M. Deo Rugwiza Magera avait pris officiellement ses fonctions à la tête de la DGDA. Dans son discours de circonstance, il avait annoncé les couleurs en invitant les cadres et agents à se mettre résolument au travail et à bannir les antivaleurs qui avaient terni l’image de cette régie financière, en vue de maximiser davantage les recettes du trésor public. Sa vision managériale est orientée vers la gestion orthodoxe et transparente de la DGDA, caractérisée par l’effort accru et sans précédent de maximisation des recettes de l’Etat et des ressources propres ; le renforcement de la lutte contre les antivaleurs ; la poursuite de la réforme douanière et de la modernisation de la DGDA ; l’amélioration des conditions sociales des travailleurs ; la rigueur dans l’application des textes légaux et règlementaires ; la maîtrise des mouvements du personnel ; l’ imposition d’une culture budgétaire et de performance au sein de la DGDA. A ce sujet, la devise de Déo Rugwiza est « Toujours davantage : Aujourd’hui plus qu’hier et demain plus qu’aujourd’hui ».

Pour atteindre ses objectifs, il a mis en place des stratégies basées sur dix axes. L’axe N° 1 concerne le réseautage de la DGDA à l’international. A travers l’Organisation mondiale des douanes (OMD), la DGDA a signé des accords avec 37 partenaires dont la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED). L’axe N° 2 vise une meilleure coordination de gestion aux frontières. Cette approche permet d’améliorer l’efficacité des services aux frontières, de réduire le double-emploi, d’ouvrir la voie à des économies d’échelle, de renforcer la gestion des risques et, dès lors, de mieux cibler les contrôles, de diminuer les coûts de transport et les temps d’attente, de faire baisser les frais liés à l’amélioration des infrastructures, d’assurer une diffusion élargie des informations et renseignements et enfin, de renforcer les liens entre tous les acteurs intervenant à la frontière.Pour ce, la DGDA travaille avec dix principaux services qui sont : Office congolais de contrôle (OCC), BIVAC, Office de gestion de fret multimodal (OGEFREM), Fonds de promotion de l’industrie (FPI), Hygiène et Quarantaine internationale, Police des frontières, entrepositaires, transporteurs agréés, commissionnaire en douane, et aviseurs.

L’axe N° 3 est fondé sur une gestion des risques reposant sur le renseignement. Ici la DGDA a adopté une nouvelle approche moderne de contrôles douaniers basés sur la gestion des risques axés sur le renseignement.Le quatrième axe est celui qui concerne le partenariat douane-entreprises.Dans ce contexte, la DGDA a tissé un réseau de coopération dans l’objectif de renforcer l’action publique en matière de dispositif de renseignement et intensifier l’échange d’informations  avec plusieurs services.

Usage de Sydonia World

Suivant l’axe 6 de sa stratégie, Deo Rugwiza a mis en œuvre des méthodes de travail, des procédures et des techniques modernes. Ici, il s’agit particulièrement de l’usage de Sydonia World, qui est fondé sur l’approche client/serveur  qui permet de partager les traitements entre le poste client (local) et l’ordinateur éloigné (serveur). Le Sydonia World est la gestion intégrale de l’information douanière et qui instaure une douane sans papier puis permet d’introduire dans le monde du travail en RDC le télétravail.Celui-ci consiste à implanter chez l’opérateur économique un terminal relié au serveur central de la DGDA. Le traitement en temps réel des dossiers permet de les transmettre à la douane virtuellement.

Pour sa modernisation, la DGDA fait usage des technologies modernes. Au nombre d’outils mis à la disposition des  centres opérationnels, il y a le scanner, la télésurveillance, le groupe électrogène, … Cet axe est le sixième.  Un autre axe est celui relatif à la réhabilitation de l’impérium de la DGDA suite à la réforme de l’administration publique qui a fait passer cette régie de l’entreprise publique à un service public. En plus, Deo Rugwiza a fondé sa stratégie sur un axe qui est basé sur la culture de service professionnelle reposant sur les connaissances. Dans cette optique, les cadres et agents de la DGDA sont formés dans plusieurs institutions nationales et internationales notamment l’Ecole nationale des finances (ENF) en RDC, l’Ecole des vérifications en Belgique, l’Ecole de Neuilly-sur-Scène en France, et en Allemagne.

L’axe N° 9 de la vision du patron de la DGDA repose sur le renforcement des capacités, qui vise le développement ou l’acquisition d’aptitudes, de compétence, d’outils et de ressources nécessaires à l’amélioration des capacités d’une administration pour remplir ses fonctions et atteindre des objectifs assignés au poste de travail. A ce sujet, la DGDA a façonné son capital humain comprenant des techniciens, spécialistes et experts en douane.

Pendant son mandat, Deo Rugwiza place l’éthique en pole position dans l’administration douanière. Elle est clairement définie dans les différentes et pertinentes directives de la haute direction contenues dans son programme de réforme et modernisation. A ce propos, le patron de la DGDA a développé un célèbre acronyme intitulé CFDTI. C= Lutte contre la corruption ; F= Lutte contre la fraude ; D= Lutte contre les tracasseries ; I= Lutte contre l’impunité.

Un nouveau code des douanes et accises

Outre ces quelques axes ci-haut énumérés qui ont porté des fruits dans la collecte des recettes douanières, M. Deo Rugwiza a marqué d’une empreinte indélébile sa présence à la tête de la DGDA en contribuant à la mise en place d’un nouveau code des douanes en septembre 2012  pour les opérateurs d’importation et d’exportation.A ce nouveau code douanier s’ajoute un nouveau code des accises avec comme objectif de doter cette régie financière des instruments nécessaires à la mobilisation des recettes.

Dans le domaine social, différentes actions caractérisent le mandat de l’actuel N° 1 de la DGDA. Sur le plan de la santé, les cadres et agents bénéficient des soins de santé de qualité dans des centres médicaux de la DGDA ou dans des formations médicales spécialisées au pays. Dans des cas extrêmes, la Haute direction n’hésite pas à ordonner le transfert des malades à l’extérieur du pays  pour une prise en charge appropriée. Pour motiver davantage les cadres et agents, des rémunérations intéressantes leur sont allouées y compris les primes de motivation et les frais d’hébergement. Pour la mobilité du personnel, le patron de la DGDA a doté sa régie d’un important charroi automobile comprenant actuellement plus ou moins 400 véhicules, alors qu’en 2005, à son avènement au poste de DG, il n’avait trouvé que 17 véhicules seulement dont 10 en bon état.

Avec l'observateur

 

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) English Hindi Portuguese Spanish Swahili

A la une

Le géant espagnol du BTP ACS, dirigé par le président du Real Madrid Florentino Perez, a indiqué... Lire la suite

Les plus lus

Please update your Flash Player to view content.
  • Suivez-nous

Copyright ©2015-2020 RDC finances | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom